top of page
CAPH_photo (145 sur 148).jpg

RICHARD DANS LES ÉTOILES

Création 23/24

Spectacle créé du 27 septembre au 7 octobre 2023 au Théâtre des Célestins

Spectacle tous publics à partir de 10 ans
Pour 5 interprètes et un groupe d’amateurs rencontré sur les territoires

Texte et mise en scène : Valérian GUILLAUME Scénographie : James BRANDILY
Costumes : Nathalie SAULNIER
Création lumière : William LAMBERT
Composition musicale : Victor PAVEL
Création sonore et régie générale : Margaux ROBIN

Loïc (jeu) / Richard (graphies) : Valérian GUILLAUME Ralph : Raphaëlle DAMILANO
La Mère : Giulia DUSSOLLIER
Claude : Amandine GAY

Le Préfet : Jules BENVENISTE
Les client.e.s et les frites géantes et forces spéciales : un groupe de par-

ticipant.e.s rencontré.e.s sur le territoire

Production déléguée : Désirades
Coproduction : Théâtre de la Cité internationale. Théâtre des Célestins (dans le cadre du Prix des Célest’1), Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale (dans le cadre des résidences accompagnées). En cours.


Avec le soutien d’Artcena, au titre de l’aide à la création de textes dramatiques, et du CNSAD (Sciences Arts Recherche Création). En cours. Valérian Guillaume est artiste en résidence de création et d’action artistique au Théâtre de la Cité internationale, de 2022 à 2025. Valérian Guillaume a bénéficié d’une résidence d’écriture à La Chartreuse – Centre National des écritures du spectacle (novembre 2019) et a reçu le soutien de la Région Ile-de-France au titre de la bourse d’écrivain.

Du 27 septembre au 7 octobre 2023 au Théâtre des Célestins,
du 16 novembre au 2 décembre 2023 au Théâtre de la Cité internationale. Calendrier en cours en octobre et décembre 2023 puis de février à juin 2024.

Développement et diffusion : bureau de production Retors particulier

Margot Quenéhervé, 06 38 34 38 45

margot.queneherve@retors-particulier.com

Alma Vincey, 06 38 34 38 42

alma.vincey@retors-particulier.com

Richard dans les étoiles (23): À propos
Richard dans les étoiles
supernova-richard.jpg

Richard dans les étoiles

Des frites...

Depuis toujours Loïc fait des frites. Il vit et travaille seul dans le camion aménagé hérité de son père défunt. Bien que cette activité ne l’ait jamais passionné, son food-truck rencontre un succès considérable et chaque jour, des clients par centaines, font la queue, incapables de résister à ses frites croustillantes et dorées. De jour comme de nuit, le fanatisme est tel que le défilé des clients ne tarit jamais. Pourtant, un midi, en plein service, Loïc est à bout de forces : il ferme définitivement son rideau de fer et est absorbé dans ses rêves de chanteur à succès. Sujet à un dédoublement de personnalité, Loïc entre dans le « flash » : il devient Richard. Le monde environnant se trouve anéanti par cet arrêt brutal qui court-circuite le quotidien et les habitudes de tout un chacun. Sans les frites, les gens sont démunis et deviennent fous.

Richard dans les étoiles (23): À propos

... et des étoiles !

Ce spectacle mettra en scène toute la vie fourmillant autour de cette ba- raque à frites devenue institution locale et génératrice de lien social. En situant l’action aux abords d’un rond-point entre le Promod et le Easy-Cash, dans l’une de ces zones commerciales que nous connaissons tou. te.s et en travaillant au plateau avec une foule, la compagnie poursuivra sa réflexion sur les espaces péri-urbains et la façon dont ces derniers influencent nos comportements et modifient nos habitudes. La compagnie déploiera sur scène le motif de l’arrêt afin de faire, à travers la figure onirique de Richard, l’éloge de la lenteur, dans une société consumériste. Collaborant avec le musicien et compositeur Victor Pavel et explorant les possibilités de l’écriture et de la musique en direct, la poésie de l’en train de se faire aura ici le premier le rôle... Après les frites, bien sûr !

Richard dans les étoiles (23): Texte
Capture d’écran 2022-11-09 à 01.34.54.png

Notes sur la pièce

Genèse

Cette pièce s’inscrit dans la continuité d’une réflexion que la compagnie a entamée sur le monde du travail il y a quatre ans et qui a pris forme dans une pièce qui s’appelle La Course (2019). Aujourd’hui la compagnie continue de se demander comment nous avons fini par accepter et intégrer la recrudescence toujours en hausse des burn-out - ou épuisements professionnels - dans nos sociétés. Force est de constater que de plus en plus d’environnements professionnels misent sur une pression haute comme moteur dynamique de production, souvent au péril de leurs employé.e.s. Le cadre ultra-normatif des entreprises assigne le salarié ou la salariée au statut d’un médiateur ou d’une médiatrice standard qui doit s’adapter à chaque individu.

De 2017 à 2019, Valérian Guillaume a mené avec le romancier Vincent Message et d’autres camarades auteurs et autrices, une enquête littéraire au long cours autour du chômage en France. Il a pu assister à des rendez-vous individuels et collectifs à Pôle Emploi, à la formation d’une conseillère dans une mission locale, et il a pu rencontrer les dirigeants de ces institutions (res- ponsables d’agence Pôle emploi, consultant du ministère du travail, notamment). Cette expé- rience et les récits qui en émanent ont été déterminants à la naissance de ce projet. Ce qui nous a le plus marqué est la façon dont les demandeurs et demandeuses d’emploi sont constamment ramené.e.s à leurs conditions difficiles, parfois douloureuses, d’inactivité professionnelle, de la- quelle ils sont sans cesse contraints de se justifier. Le recours au story-telling lorsque l’on est demandeur ou demandeuse d'emploi est un passage obligé. Le CV est déjà un synopsis sur une personne, la lettre de motivation, un récit à la première personne.

Un conte social

Influencé notamment par l’essai Disparaître de soi : une tentative contemporaine de David Le Breton, Valérian Guillaume a eu envie de raconter un arrêt en dessinant un personnage dans les marges d’une société. Puis, il a décidé de composer une figure solitaire, poétique et décadente face à un groupe qui exerce une pression sur lui. Dans la pièce, son métier prend le dessus sur sa personne : peu savent qui il est mais tous attendent de lui qu’il leur fasse des frites. Travaillant le motif de l’arrêt pour y déployer une poésie de la disparition, Valérian Guillaume mettra en scène le poids de la société qui presse tout un chacun dans sa quête de sens. Ce spectacle déploiera par la figure dédoublée de Richard, l’alter-ego de Loïc, la possibilité d’un être au monde, hors des sillons creusés pour nous par une société consumériste.

Ce conte est ainsi traversé tout son long par la question de la valeur sociale propre à chacun.e face à la pression d’un groupe, en l’occurrence : les clients, la famille, l’État.

Que vaut-on quand on s’arrête, quand on ne sert plus à rien ?

Richard dans les étoiles (23): Image
bottom of page